Escalier faire le bon choix

Escalier : les règles de sécurité

Objet utilitaire, l’escalier doit être à la fois esthétique, confortable et sécure. Explications et conseils pour installer son escalier en toute sérénité.

Bois, acier, verre, inox… On commence souvent par le choix du matériau avec, depuis quelques temps, une tendance au métissage : verre et acier, acier et bois… sachez que chacun a ses avantages et ses inconvénients. Hêtre, frêne, érable, orme… le bois reste encore le petit privilégié des escaliers. Avec, entre autres qualités, outre qu’il se décline en de nombreuses variétés, le fait qu’il se marie parfaitement avec les autres matériaux. Mais attention, pour un escalier principal, mieux vaut opter pour un bois dur alors qu’un escalier secondaire pourra supporter un bois tendre comme le pin. Dernière possibilité, le béton brut ou coloré, avec ses nombreuses possibilités d’habillage en harmonie avec le sol.

Escalier : le bon emplacement

Côté implantation, si, dans une maison neuve, la liberté est totale, en cas de rénovation, elle doit s’adapter à la situation existante comme la distribution des pièces ou les circulations, et à la nature des planchers.

Une fois l’emplacement choisi, reste à déterminer la profondeur des marches qui va déterminer le confort de l’escalier. L’expérience prouve qu’un escalier est agréable si l’ amplitude est de 52 cm. Plus la hauteur de marche est importante, moins il y a de marches, mais plus la pente est raide… et donc, plus on vieillit plus elles sont difficiles à gravir. Il faut alors trouver une alternative à l’escalier et envisager d’installer un monte-escalier, voire un ascenseur privatif. D’une manière générale, la hauteur d’une marche est de 17 à 18 cm.

Un escalier : les mains courantes et garde-corps

Autres éléments de sécurité à ne pas négliger pour protéger des chutes ou des déséquilibres, les garde-corps, rampes et mains courantes. La main courante, élément qui longe la ligne de volée et qu’on saisit afin de conserver son équilibre, est à un minimum de 900 mm au-dessus du nez de marche. Si l’escalier est de grande largeur, on installe des mains courantes des deux côtés de l’escalier. Dans le cas d’un escalier encloisonné (entre deux murs), la main courante se dépose sur des supports muraux. En revanche, si l’escalier compte un ou deux côtés ouverts, …

SUITE DE L’ARTICLE À DÉCOUVRIR DANS LE MAGAZINE MAISON & JARDIN L’ESSENTIEL N°20 

© PHOTO EN COUVERTURE : Shutterstock