Ce qu’il faut savoir avant d’installer une piscine dans son jardin

Pour passer du rêve d’une piscine à sa réalité, la prise en compte de divers paramètres évitera bien des déconvenues. Focus.

Les Français sont fans de piscines et de plus en plus nombreux à s’en faire construire. D’après les professionnels Propiscines, 2016 devrait même être la meilleure année pour la filière depuis 10 ans. On estime aujourd’hui que le nombre de piscines privées dépasse les 1,9 million en France. Attentifs à l’évolution de la demande, les professionnels rivalisent d’imagination pour répondre aux attentes des consommateurs, comme en témoignent les innovations présentées aux 11 Trophées de la Piscine et du Spa. Selon la Fédération des Professionnels de la Piscine et du Spa (FPP), le succès des piscines en France, s’il reste dépendant de la conjoncture et de la météo, est surtout le fruit d’un travail de fond mené par cette fédération pour répondre aux attentes des consommateurs. Ceux-ci disposent désormais du Label Propiscines qui leur permet de choisir le professionnel à qui ils confieront la construction de leur piscine. Ce label garantit le savoir- faire et le professionnalisme des piscinistes engagés en matière d’information et de service client, de respect des règles, de qualité des produits et des prestations, de sécurité et de préservation de l’environnement.

Couverture Piscine Prima
© Couverture Piscine Prima

Piscine : un rêve à portée de main

La France est un pays au climat continental et, pourtant, ce ne sont pas seulement les régions du Sud qui s’équipent de piscines mais bien la France entière. Grâce à de nombreux équipements, il est aujourd’hui possible de profiter de son installation par tous les temps, même si elle est située en extérieur.
Ce rêve de piscine qui tente de plus en plus de particuliers ne semble plus inaccessible. Avec l’explosion d’internet, des sites de vente de matériel en ligne et des forums d’entraide, bon nombre d’entre eux se lancent dans la construction de piscines artisanales, décident de réaliser eux-mêmes la pose du matériel préalablement acheté ou optent pour des piscines hors sol.

Si vous faites partie de ces milliers de personnes tentées par une grande bleue à domicile, commencez par vérifier que le terrain qui accueillera votre piscine est suffisamment plat afin d’éviter les problèmes d’écoulement et des surcoûts de terrassement, et stable : si le terrain s’affaissait, la coque de la piscine risquerait de se fissurer. Pour éviter les mauvaises surprises, renseignez-vous auprès de votre mairie sur la nature de votre sol, les plans de réseaux enterrés et d’évacuation des eaux. Si votre terrain est dénivelé, vous pouvez tenter la piscine à débordement : l’eau de la piscine déborde d’un côté ou des deux (dans ce cas, c’est une piscine miroir) pour aboutir dans un bac ou des goulettes prévus à cet effet. Le volume du bac de débordement, appelé aussi bassin tampon, doit être au moins égal à 10 % de celui de la piscine. Comme le filtrage est permanent, le bassin principal de la piscine se salit beaucoup moins vite que celui d’une piscine standard. Ce système nécessite une pompe très performante afin de pallier la différence de hauteur des deux bassins et de renvoyer l’eau dans la partie supérieure. Comptez en moyenne 20 à 30 % de budget supplémentaire pour la réalisation de cette piscine. Enfin, pour des raisons évidentes de confort, la piscine doit être posée ou creusée dans un lieu ensoleillé. Une piscine sous les arbres est difficile à entretenir et attire les insectes.

Piscine : la réalité de l’entretien

Si vous êtes très nombreux à rêver de piscine, sans doute êtes-vous beaucoup moins à penser fin d’hivernage, entretien, chauffage, sécu- rité… Et pourtant, de nombreuses tâches vous attendent.
– À commencer par la mise en service de votre piscine, avec une vérification prioritaire : le local technique qui doit être en parfait état.
– La qualité de l’eau, l’étanchéité du bassin et les dégâts causés par le gel sur l’installation doivent être examinés scrupuleusement.
– Lors du nettoyage du bassin, vous devez le remettre à niveau, retirer les impuretés les plus visibles à l’épuisette avant un nettoyage plus fin à l’aspirateur.
– La filtration de l’eau nécessite également un contrôle ainsi que la tuyauterie et les joints.
– La sonde d’analyse d’électrolyse du sel et de régulation du pH doit être changée tous les ans, la cellule d’électrolyse tous les cinq ans.
– Le filtre à sable doit être changé tous les cinq ans, lui aussi.
– La pompe ne doit pas fuir entre le moteur et le préfiltre. C’est pourquoi elle doit être contrôlée en hivernage et lors de la mise en service, surtout lorsqu’elle est à l’extérieur et qu’elle peut être altérée par le gel.
Si vous optez pour une piscine écolo, sachez que son entretien réclame une à deux heures par semaine, il s’apparente à celui d’un jardin. Au printemps, nettoyage de tous les éléments techniques et remise en route de la pompe du skimmer. Un nettoyage du fond et des parois de la baignade s’impose également. Dans une baignade naturelle avec plantes, il faudra tailler les plantes aquatiques, nettoyer les sédiments qui se sont accumulés.
En été, on continue à entretenir les plantes aquatiques et celles de la berge. À l’automne, il faut arrêter les pompes, nettoyer le matériel, le skimmer et veiller à ce qu’en hiver, la glace ne recouvre pas entièrement la surface de la baignade. À l’inverse des piscines chlorées, il n’est pas nécessaire d’y mettre un produit d’hivernage.
Pour éviter l’aspect « vert » que peuvent prendre certains bassins bios, il suffit de les nettoyer régulièrement avec un robot. La couleur du liner, ou son remplacement par des pierres, peuvent renforcer l’aspect limpide de l’eau. Contrairement aux piscines chlorées qui doivent être vidées partiellement à l’automne et remplies au printemps car elles sont saturées de produits chimiques, les bassins bios sont très économes en eau mais également en énergie. Dans les baignades naturelles avec zone plantée peu profonde, l’eau se réchauffe naturellement avec le soleil (2 à 4 degrés de plus qu’une piscine).
Enfin, sachez que ces piscines sont plus le fait de paysagistes que de piscinistes, car l’objectif est de s’adapter au mieux au jardin ce qui nécessite un savoir-faire spécifique.

© PHOTO COUVERTURE : Couvertures Piscine Prima

Portaliers horizal